Thomas de la Pinta

Peintre/Graveur/Illustrateur

mardi 14 décembre 2010

lundi 29 novembre 2010

Bonjour à tous, quelques nouvelles expos: -9 ème Marché des Arts:
" Mad' Arts sur Vie "
Le 3-4-5 Décembre 2010 au Poiré-sur-Vie
Salle de la Martelle.

-Marché de Noël:
Espace d' Animation des Blancs Manteaux
du 3 au 5 Décembre 2010
48 rue veille du Temple 75004 PARIS
Métro: Hotel de Ville.

- 2 ème Biennale de L' Estampe:
Du 10 décembre 2010 au 9 janvier 2011
à Saint-Brévin-Les-Pins
" Espace des Roches "

- Le Grand Marché Nantais au MIN de Nantes le 05 Décembre.

- Expo à L' ATELIER 28 le 19 Décembre: 28 Rue de la Durance 44100 Nantes

lundi 20 septembre 2010

Bonjour à Tous,
Une nouvelle expo à Lorient au Restaurant le Victor hugo
avec un vernissage le Samedi 25 à 17h30

mercredi 2 juin 2010


Sarzeau

Expo. Gravure et sculpture conjuguées à l'Hermine

De gauche à droite: Thomas de la Pinta, Anne Langlart, Annie Larzul, Benoît Lélias au vernissage de l'exposition des deux artistes.
Mardi dernier avait lieu le vernissage de l'exposition des oeuvres de Thomas de la Pinta, graveur sur cuivre, et Benoît Lélias, sculpteur. Thomas de la Pinta parle de son parcours: «Mes premiers dessins ont vu le jour au coin du feu à l'âge de 7 ans, quand mes parents nous comptaient les histoires d'Henri Gougaud ou de Tolkien».

Héritage familial

«C'est par mon père, peintre-graveur, et au lycée Vauban de Brest que j'ai appris les bases du dessin. J'ai choisi alors le chemin de l'illustration et de la bande dessinée, et me suis dirigé vers l'école supérieure de l'image d'Angoulême où j'ai approché les techniques de narration et d'expression». Mais c'est la gravure qui l'emporte: «En 2004, je décide de revenir en Bretagne et de me consacrer à la gravure. C'est au travers d'elle que je raconte mes histoires, inspirées de mes souvenirs d'enfance en Espagne et du monde dans lequel je vis. Elle me permet d'exprimer ce que je ne sais dire ou écrire et de faire partager mes émotions. En 2007, j'ai ouvert mon atelier à Nantes».

Un «mariage» heureux

Le graveur présente son ami sculpteur: «Benoît Lélias vient de Quimperlé et nous avons créé des oeuvres communes qui sont exposées aujourd'hui. Les matières et les couleurs terre de sienne et sépia de mes gravures et l'acier ciré de Benoît se marient parfaitement. Nous avons l'intention de poursuivre cette collaboration».

Pratique Exposition visible jusqu'au 29mai. Contact: tél.02.97.48.29.40, ou lhermine@sarzeau.fr
© Copyright Le Télégramme 2009
Les nouveautés 2010...







dimanche 25 avril 2010

Une belles exposition à l'Espace culturel l'Hermine à Sarzeau.
Vernissage le lundi 3 mai à 18 h.
Une petite surprise avec les Sculptures de Benoit Lélias...

dimanche 7 mars 2010

Technique

Mes gravures sont réalisées en deux techniques: le vernis mou puis l'aquatinte qui sont des techniques en taille douce.
le vernis mou: la plaque est polie puis dégraissée. j'y applique un vernis mou et couvre ensuite la plaque d'une feuille de soie sur laquelle je dessine au crayon. Le dessin terminé, je retire cette feuille qui dégarnira le cuivre aux endroits où, sous l'effet de la pression exerçée par le crayon, le vernis a collé. je n'ai plus alors qu'à plonger la plaque dans l'acide pour la graver.
Premier tirage en noir.L'aquatinte: elle permet de réaliser les aplats. La plaque reçoit sur toute sa surface une fine couche de poussière de résine: le grain. Cette couche de résine est répandue uniformément en plaçant la plaque dans une boite qui a préalablement soulevé une masse de poussière de résine.Les grains tombent alors lentement sur la surface du cuivre.
Le grain posé, je le fixe sur la plaque en la chauffant. Ainsi fait, l'acide attaquera la plaque entre ces grains.
Je vernis ensuite les parties que je ne veux pas graver et plonge ma plaque dans l' acide, la ressort, revernis d'autres endroits pour stopper l'attaque, la replonge...
L'opération peut se dérouler en quatre ou cinq fois afin d'obtenir différentes morsures. Plus je laisse la plaque dans l'acide, plus le creux sera profond, et donc des valeurs fortes.
Deuxième état en noir...
Ensuite, à l'aide de différents outils, je retravaille le cuivre directement pour ramener de la lumière ou assombrir certaines parties et je réalise des essais en couleur...
La plaque terminée, je pose et mélange mes couleurs directement sur la plaque. J'essuie en surface pour faire apparaître les blancs et pose le cuivre sur la presse. J'y place une feuille légèrement humide. La pression du rouleau permet au papier d'aller chercher l'encre au fond des creux de la plaque...
Les épreuves sont numérotées et signées.
Alice au pays des merveilles...